Dernière conférence,
le 19 janvier 2016

Institut de France | Paris

L'Homme et les virus : une cohabitation vitale

A la pointe de l'actualité

La science exerce une grande influence dans notre société ; les technologies qui en sont issues sont de plus en plus rapidement intégrées dans la vie des êtres humains.

La science constitutive de progrès est paradoxalement perçue comme un facteur de risque. Les usages qui sont faits de certaines découvertes scientifiques provoquent une grande méfiance. C'est la situation, par exemple, dans laquelle se trouvent les cultures génétiquement modifiées en Europe et particulièrement en France.

De son côté la société évolue et subit de profondes mutations: urbanisation, flux migratoires, vieillissement, explosion démographique. Pour répondre aux mutations en cours de nouvelles solutions s'avèrent nécessaires. La science d'aujourd'hui peut apporter une contribution positive mais du fait de sa complexité croissante, peu de ses nombreux aspects sont accessibles à la culture commune.

Comment rapprocher science et société, alors qu'elles tendent aujourd'hui à s'éloigner l'une de l'autre? C'est le défi auquel s'est attaqué l'Institut des Sciences du Vivant. Son ambition est d'être une passerelle entre science et société ; c'est sa raison d'être. Il se veut être une instance d'information et de dialogue entre les décideurs issus du monde de la recherche, de la finance et de l'entreprise.

Les thèmes choisis pour ces réflexions concernent les applications des découvertes scientifiques relatives au vivant et leurs conséquences potentielles dans les domaines de la santé, de l'alimentation et de l'environnement.

Cette réflexion s'organise sous forme de colloques dans des lieux particulièrement appropriés pour ce type de débat. La renommée et les compétences des intervenants, ainsi que la qualité des participants, donnent à ces colloques un fort retentissement.

Vers un nouveau départ : naissance de "Sciences du Vivant et Société"

En 2010, lors de l’arrêt des activités de mécénat de la Baronne Edmond de Rothschild, vice-présidente de l’Institut, une page importante a été tournée.

L'évolution de plus en plus rapide des biotechnologies et des rapports de la science et de la technique relatives au vivant en général posent de nouveaux problèmes de société. Il a donc été décidé de maintenir une instance de dialogue et de discussion sur ces sujets.

Ainsi, les Fondation Mérieux et Bullukian ont décidé de s’associer, pour aborder ces sujets sous de nouvelles formes de débats favorisant une plus grande interaction entre les conférenciers et l'auditoire.